Ecritures Voyageuses | Chili : un regard amoureux
303
post-template-default,single,single-post,postid-303,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0,vc_responsive

Chili : un regard amoureux

CL’amour est fait de si petites choses et de grandes surprises.   Qu’est-ce qu’un voyage si ce n’est une histoire d’amour ?
Une histoire d’amour qui débute un matin, au-travers une photo ( Georges Bartoli), à l’écoute d’une chanson fredonnée par un beau chilien triste rencontré à l’âge de 16 ans ?

Qu’est-ce qui va faire qu’on ait envie de partir, de traverser l’océan pour aller à la rencontre de cette photo, de ce chant ? L’amour !

« Il meurt lentement celui qui ne voyage pas… » Pablo Neruda lui-même évoque ces passions qui nous rendent vivants et heureux.

Le Chili, un bout de monde, …Ce trait vertical sur l’atlas comme un point d’exclamation ! Et quelle exclamation ! Plus d’une centaine de volcans (à preciser), des extrêmes imposants :

Patagonie, la fascinante : face au vertige de l’infini, on pactise avec ses profondeurs. (Patagonie intérieure de Lorette Nobécourt )

Un bout de Mars : Atacama, le désert le plus aride avec le ciel le plus pur. Un observatoire astronomique au nom d’Alma : l’âme…

Une âme ? Pays doté d’une âme et pas n’ importe quelle âme ….ces derniers temps, elle a bouleversé toutes les lois météorologiques, humaines…elle se rebelle :

Des pluies diluviennes s’abattent sur le désert, va-t-on y voir fleurir des roses ? (les roses d’Atacama de Luis Sepulveda). Les volcans se réveillent et crachent leur colère (2 en quelques semaines). Le record des tremblements de terre.  D’humeur explosive la planète ?

C’est l’exclamation de la vie ! On s’incline devant la toute-puissance de la nature. Le feu brûle et l’amour arrive par surprise. Le Chili m’a surprise. Une collision tellurique. Moi, la française, que pouvais- je bien comprendre ?

Chez moi, la terre semble impassible. Ici, la terre tremble, la terre gronde, cycle immuable comme un chant magnétique. Les Mapuche, eux, savent : les Hommes de la terre, ces bien nommés, acceptent et transcendent son langage.

Le chant du beau chilien entendu en 1986 était un chant d’espoir, un chant d’amour :

« Gracias a la vida »

Que chante encore et encore la terre chilienne, comme une conjuration du passé, cette terre exclamative qui fait écho à mon âme.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.