“Quand les femmes pensent le monde” de Monique Grande

Une nouvelle discussion avec Monique Grande autour de son essai “Quand les femmes pensent le monde”. Écrit au cours de cette étrange année 2020, partant du constat de la crise actuelle, Monique Grande, coach du féminin depuis près de 30 ans, nous incite au travers de nombreux exemples de femmes à oser nos talents et à innover ensemble. “Le temps de la réparation est terminé”, soyons audacieuses, montrons l’exemple et engageons-nous !

Vous pouvez écouter cet épisode sur votre plateforme préférée Apple podcast, Deezer, Spotify… ou bien en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://www.podcastics.com/episode/70838/link/

 Pour aller plus loin :

“Quand les femmes pensent le monde” de Monique Grande

Le jeu Féminitude-Éditions Le Souffle d’Or

Le jeu Les Semeuses- Le Courrier du livre Trédaniel Éditeurs

www.feminitude.fr

Aux confins de la Russie avec Cédric Gras, écrivain voyageur

Le Pic Lénine, le Pic Staline, Khan Tengri, les frères Abalakov…Tous ces noms souvent inconnus en Occident nous entrainent sur les sommets des montagnes soviétiques, aux confins de l’ex-URSS dans le dernier livre de Cédric Gras, « Alpinistes de Staline »

Cédric Gras est un écrivain voyageur ou plutôt, comme il aime le rappeler, un voyageur et un écrivain. Pour lui « Voyager, c’est regarder le monde en face » sans romantisme, ni fioritures. Il interroge le voyage dans son livre « Saisons du voyage » récemment publié en livre de poche.

Dans cet épisode, il nous parle de son amour pour la langue russe et de ses auteurs favoris. Il nous raconte son incroyable épopée qui l’a mené des archives du KGB au Pic Lénine sur les traces de deux alpinistes, les frères Abalakov. 

Partez avec lui aux confins de l’âme russe, aux confins de la Russie, dans ces immensités eurasiatiques qu’il sillonne sans cesse pour nous en révéler quelques clés.

Pour aller plus loin :

Alpinistes de Staline-éditions Stock

Saisons de Voyage-livre de poche Folio

« Vers les Monts Célestes avec Cédric Gras » : documentaire d’Aurélie Miquel qui retrace l’une des expéditions au Khan Tengri des frères Abalakov

Instagram et page Facebook : @Cédric Gras

Vous pouvez écouter cet épisode sur votre plateforme préférée (Deezer, Apple podcast, Spotify..) ou en copiant le lien suivant dans votre navigateur :

https://www.podcastics.com/episode/70234/link/

Douceur de vivre à la calanque de Méjean

Carte postale sonore…

Sur la Côte Bleue,  Ensuès-la-Redonne pourrait être facilement oubliable si on reste sur l’ axe principal qui traverse le village, mais prenez la direction de La Redonne, la route plonge vers des trésors cachés… Des calanques pas comme les autres,  encore confidentielles qui gardent bien jalousement leur charme intemporel. Des montées aux descentes parfois vertigineuses, Les petits ports s’enchainent, l’eau est cristalline, les pins s’offrent à la mer.  Le  sentier  de randonnée de la Côte Bleue y longe les falaises abruptes qui bordent la Méditerranée et la fameuse ligne du train bleu. 

Il y a d’abord La redonne et sa gare, puis le petit port des Figuières, avec juste avant la calanque des Anthénors une plage de galets, sauvage aux eaux pures réputée pour la plongée avec masque et tuba. Attention, y aller ne sera pas chose aisée mais quel bonheur que de se sentir loin de tout et surtout du tumulte des villes.

La route s’arrête à Méjean, petit Méjean et grand Méjean, à chacun son port, le temps y est suspendu, une ambiance de douceur et de convivialité règne. C’est une parenthèse enchantée, un moment complètement dépaysant. Sur le port de grand Méjean, on trouve la base nautique non loin d’un premier boulodrome et du sentier, véritable balcon sur la mer, qui peut mener jusqu’à Marseille.

Les enfants jouent en liberté parmi les adultes, qui sont  des résidents ou des vacanciers. ils se retrouvent tous à bavarder, débonnaires sur les chaises installées devant les maisons.  On rit, on plaisante, on a toujours un oeil sur la mer, car beaucoup étaient ou sont encore des pêcheurs. L’humour est au rendez-vous et signe la faconde des provençaux. Un exemple ? le parking se trouve au bout du chemin du tire cul.  En redescendant le dit chemin vers le port, l’ incontournable lieu de vie de la Calanque, le bar-restaurant, le Mange Tout. Hors saison, Il faut réserver pendant les week-ends. L’été quand les accès sont limités aux voitures, il devient le laisser- passer pour profiter de ces derniers bastions hors du temps et salutaires.

Les bonnes adresses

Le Mange Tout  ouvert d’avril à octobre tous les jours sauf le mercredi.

www.cabanonsurleau.com pour vivre la vie d’un calanquais le temps d’un week-end ou plus.

www.otcarrylerouet.fr

Vous pouvez écouter cet épisode sur votre plateforme préférée (Apple podcast, Deezer, Spotify…) ou en copiant collant le lien ci-dessous :

https://www.podcastics.com/episode/68725/link/

Fugues Italiennes avec Alice Cheron

Direction l’Italie, plus exactement Florence avec Alidifirenze. Alice Cheron Marchi est la joie de vivre incarnée : vive, drôle, communicante et un visage de madone de Botticelli. Dans cet épisode, elle nous offre la permission de fuguer. Elle s’adresse aux femmes surtout. Nous les femmes nous avons le droit de fuguer, nous avons le droit de nous échapper pour reprendre notre souffle, redécouvrir qui on est ou tout simplement faire une pause.

J’aime bien sa façon spontanée et décomplexée de parler de la vie, de la maternité, de l’art et de sa passion pour l’Italie, sa terre d’accueil.

Elle nous rappelle que la recherche de la beauté en toute chose est primordiale, essentielle.

Pour en savoir plus :

Retrouvez l’Italie d’Alice et les fugues italiennes sur le site www.alidifirenze.fr

youtube : Dolce Follia

Ses livres :

Love à Venise ed. Hikari

L’appel de la fugue ed.Leduc

Vous pouvez écouter cet épisode sur Apple podcast, Google podcast, Deezer ou Spotify ou en copiant le lien ci-dessous :

https://www.podcastics.com/episode/63533/link/

Dans l’oeil d’Éric Facon, photographe-Voyages intimes

Éric est photographe, depuis toujours, son Leica n’est jamais trop loin de son regard bleu clair. Je dirais qu’il est photographe littéraire, photographe de l’intime. D’ailleurs pour lui, la photo, c’est prendre des notes, je rajouterai, la photo c’est un peu son journal intime.

Il aime la banalité des jours, les heures qui s’étirent immobiles, les visages bruts, sans artifices. 

Il aime la littérature américaine, les road trip et les vents fous de Patagonie.

Il aime prendre son temps et préfère revenir sur ses pas plutôt que de prendre le large à tout prix.

Il aborde l’intime avec pudeur et focus toujours sur l’humain quelles que soient ses convictions.

Sa vision du monde est poétique et sociale.

Poète, sensible, engagé, pudique, vous allez le découvrir dans cette conversation où l’on va parler des voyages, du père, de l’amour et du Chili (le pays qui l’a trouvé, le pays qui l’a en quelque sorte façonné.)

Vous pouvez écouter cette épisode sur Apple podcast, Google podcast, Deezer ou Spotify ou bien en copiant le lien ci-dessous

https://www.podcastics.com/episode/62904/link/

Pour en savoir plus sur Éric Facon

– Ses livres :

Hijos del exilio/ enfants de l’exil et Correspondances Indiennes

– Prochaine visio-conférence de l’atelier faire+MONTRER :

Flore-Aël Surun sur son livre “Chamane lumière” aux éditions de juillet.

Vendredi 26 février 2021 à 20h 

inscription sur atelierfairemontrer@gmail.com

– suivi photo de la recherche dans les forêts domaniales françaises des chênes exceptionnels, de leur abattage et transformation, pour la reconstruction de la flèche de Notre-Dame de Paris.

– résidence + exposition en juin 2021 à Lingreville (Normandie) sur les maraichers Bio de la région.

www.ericfacon.com

www.instagram.com/ericfacon.photo/

www.signatures-photographies.com

Les livres et auteurs abordés :

– « Cap Horn » Anne Chapman (sur les Yaghans)

– Raymond Carver

– Francisco Coloane

– Les photographes Robert Frank, Stephen Shore, Rodrigo Gomez Rovira et Sergio Larrain.  

Voyage au coeur de la spiritualité Maasaï

Il est des chemins tracés d’avance, quand un pays, un peuple dépassent le simple désir et deviennent le but d’une vie, on ne peut que s’incliner et accueillir cette évidence.  Xavier Peron a toujours su que son âme est maasaï. Sa détermination lui a permis de vivre son rêve et de rejoindre souvent ses frères et soeurs maasaï. Le peuple Maasaï loge dans son coeur, sous sa peau depuis toujours, et cette maladie porte un nom : la Masaaïtis, la maladie d’amour pour les Maasaïs. 

Son credo : aller plus loin qu’une étude anthropologique en embrassant leur spiritualité. Devenu le transmetteur de cette Amour Universel, il a créé des voyages initiatiques avec Alexandra Dugast au coeur de la forêt de l’enfant perdue au Kenya.

Dans cet épisode, il nous raconte son parcours et nous livre quelques clés de cette spiritualité qui exalte la joie de vivre.

Vous pouvez écouter cet épisode sur Apple podcast, Google podcast, Deezer ou Spotify ou bien en suivant le lien ci-dessous

https://www.podcastics.com/episode/61767/link/

Voyage au coeur de soi Témoignage de Karine Chapon

Cet épisode parle de voyage au coeur de soi, de douleur, immense douleur, de maladie génétique découverte sur le tard.

J’ai rencontré Karine lors de cercles de femmes virtuels animés par Eglantine Brémond. J’ai aimé son regard doux, tranquille, serein sur la vie. On a échangé sur les réseaux sociaux. On est devenues amies. Elle m’a raconté son histoire.  Vous allez découvrir le témoignage d’une ex-business woman qui était toujours par monts et par vaux, élevant seule deux garçons et partant régulièrement plonger dans les océans du globe. 

Il y a des vies qui basculent lorsque la maladie surgit, d’autres qui renaissent…

Suivez karine Chapon sur instagram @chacunsonk

Vous pouvez écouter cet épisode sur Google podcast, Apple podcast, Deezer et Spotify ou en suivant ce lien :

https://www.podcastics.com/episode/59858/link/

Fabrice Pawlak, le voyage d’aventure

Qu’est-ce que le voyage ? Pourquoi voyage-t’on ? Le voyage n’est -il pas une promesse d’aventures ?

Fabrice Pawlak a le verbe facile, des punchlines acérées et drôles, un visage sympathique : c’est assurément quelqu’un qu’on suivrait sur les sentiers non balisés sans se poser trop de questions.  Il est au mitan de sa vie et même si on est loin d’un bilan automnale, il fait le point sur cette vie qu’il aime et qu’il embrasse voracement. 

Entrepreneur du tourisme ou plus précisément entrepreneur du voyage, il va nous raconter comment il est passé d’ingénieur en exploration pétrolière à créateur de voyages d’aventure, comment il a toujours suivi ses envies, son instinct . Il nous parle de lui (un peu) , de concepts (beaucoup) et de voyages (passionnément). Le pays fondateur de son parcours et de son identité est sans nul doute la Bolivie, une contrée d’extrêmes où l’on rencontre “des personnages”. Un personnage, il en est un : curieux, sans filtre, jusqu’au boutiste, visionnaire et surtout affranchi du regard de l’autre. C’est certainement cette liberté d’être qui lui a donné des ailes pour vivre, agir et se nourrir d’altérité jusqu’à aujourd’hui où malgré cette crise qui touche durement le monde du voyage, il ne cesse de se réinventer, n’hésitant pas à bousculer les codes.

Vous l’aurez compris c’est une rencontre décoiffante que je vous propose. L’entretien est dense donc séparé en deux épisodes. La première partie est consacrée à son parcours, à ses défis sportifs, à la Bolivie. La seconde parle de son business, du voyage low tech, de l’ikigai, de l’intelligence collective sans oublier la sérendipité, sa manière de vivre.

Je vous laisse méditer sur cette phrase :

Le sens de la vie, c’est la vie” Geoffrey Jackson (ami de Fabrice Pawlak).

Vous pouvez écouter cet épisode sur Google podcast, Apple podcast, Deezer ou Spotify ou en suivant les liens ci-dessous :

Episode 1

https://www.podcastics.com/episode/54546/link/

Episode 2

https://www.podcastics.com/episode/54549/link/

Pour en savoir plus :

Sommets incas, les plus belles courses des Andes centrales de Fabrice Pawlak et Patrick Wagnon

liens boussoles du voyage:https://www.terra-group.com/test-voyageur/


webzine yakafokon : http://yakafokon.togezer.travel

www.terra-group.com

Les sujets abordés :

Effondrement de Jared Diamond /Jean-Marc Jancovici /Low-tech Nation Philippe Bihouix /Ikigai / Intelligence collective /Sérendipité

Pierre, le voyage en bateau

Dans cet épisode, je laisse le micro à Pierre. Pierre est passé des bancs de l’école d’ingénieur à Angers au pont d’un bateau au large du Groenland. Je prends un raccourci, car entre temps, il a vécu en Bolivie et au Costa Rica. Pierre se questionne sans arrêt sur ses rêves, sa vie. Il s’ennuie vite nous confie-t’il. C’est quelqu’un qui suit surtout son instinct. Il se laisse guider par sa curiosité et avance avec foi. Pour lui “la prise de risque est nécessaire, elle représente la moitié de l’aventure”. Ses expériences l’ont fait réfléchir à un autre mode de vie, une autre façon de travailler, une autre façon de vivre en famille.

Voici son témoignage.

Vous pouvez écouter cet épisode sur Apple Podcast, Google Podcast, Deezer et Spotify ou copier-coller le lien ci-dessous dans votre navigateur :

https://www.podcastics.com/episode/41322/link/

Les livres évoqués :

Vagabond, voilier polaire au Groenland. Eric Brossier.

Damien autour du monde. Gérard Janichon.