Vanessa Escalante, ma peau d’un autre monde

Il y a presque 20 ans, je voyageais en Australie, ce pays du bout du monde pour fouler sa terre ocre et surtout me rendre au pied d’Uluru, la montagne sacrée des Aborigènes, le nombril du monde. J’étais fascinée par les peintures spirituelles des Aborigènes, les points qui les composent. Fascinée aussi par le temps du rêve… J’ai traversé Alice Springs, j’y ai vu la ségrégation, abjecte. À Darwin, j’ai rencontré une communauté, mais la passante que j’étais, ne pouvait ni comprendre, ni entrer en connexion sans codes et surtout par manque de temps. Je suis restée au bord de la route.

Le livre de Vanessa Escalante « Ma peau d’un autre monde » a réveillé ces souvenirs. Son écriture organique m’a traversée dans un souffle, intense, intime. Elle-même s’est laissée surprendre par cette terre, ce peuple, emportée par une passion amoureuse, mais aussi en se révélant femme, puissante. Son voyage initiatique a duré 4 ans entre allers-retours incessants. Femme engagée pour la cause aborigène,  elle a su prendre les armes (sa caméra et son stylo) et témoigner de façon concrète pour la protection de cette terre  menacée et de son peuple, gardiens de l’origine du monde.

Entrez avec moi dans son univers jamais très loin du temps du rêve.

Ses documentaires

les derniers traqueurs australiens

la révolte des rêves

d’ocre et de sang

Crédit photo : ©Alain Potignon

Crédit musique ©Lilith Guegamian

Vous pouvez écouter cet épisode sur votre plateforme préférée ou en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://www.podcastics.com/episode/98117/link/

“Quand les femmes pensent le monde” de Monique Grande

Une nouvelle discussion avec Monique Grande autour de son essai “Quand les femmes pensent le monde”. Écrit au cours de cette étrange année 2020, partant du constat de la crise actuelle, Monique Grande, coach du féminin depuis près de 30 ans, nous incite au travers de nombreux exemples de femmes à oser nos talents et à innover ensemble. “Le temps de la réparation est terminé”, soyons audacieuses, montrons l’exemple et engageons-nous !

Vous pouvez écouter cet épisode sur votre plateforme préférée Apple podcast, Deezer, Spotify… ou bien en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://www.podcastics.com/episode/70838/link/

 Pour aller plus loin :

“Quand les femmes pensent le monde” de Monique Grande

Le jeu Féminitude-Éditions Le Souffle d’Or

Le jeu Les Semeuses- Le Courrier du livre Trédaniel Éditeurs

www.feminitude.fr

Monique Grande, éclaireuse du féminin

En 2001, je découvre l’oracle Féminitude, un jeu de cartes novateur qui plonge au coeur de l’identité féminine. Une quête que j’embrasse à l’aube du 21ème siècle. Il est long et ardu ce chemin vers mon essence profonde ! Le féminin a été tellement dévalorisé car jugé “contre-productif”. En effet, le silence, l’intériorité, la réceptivité ne sont pas encore reconnus comme des clés nécessaires à notre équilibre.

En 2020, je rencontre Monique Grande, l’auteure de ces cartes. Depuis 25 ans, elle nous montre une féminité joyeuse, pleine et puissante. Elle nous ouvre la voie pour incarner notre pouvoir de création et d’amour. Elle se demande ” où sont les femmes dans les sphères décisionnelles ? Où sont les femmes dans la cité ? Elles sont pourtant les gardiennes des valeurs de l’humanité. Qu’est-ce que serait le monde si elles étaient plus visibles?”

Dans cet échange, elle demande aux femmes de ne pas abandonner, d’aller au bout de leurs rêves, de persévérer et de se donner le droit d’écouter leurs désirs.

Une ode à la liberté, au lâcher prise et à s’autoriser à vivre pleinement.

Vous pouvez écouter l’interview sur votre plateforme préférée : Apple podcast, Deezer, Spotify ou Google podcast ou bien en cliquant sur ce lien :

https://www.podcastics.com/episode/38823/link/

Pour en savoir plus :

Le jeu Féminitude Editions Le Souffle d’Or

“J’ose être la femme que je suis ” Editions Leduc

“Quand les femmes pensent le monde” sera publié sur Amazon

Le jeu de cartes Les Semeuses sera publiée en avril 2021 par Le Courrier du livre Trédaniel Editeurs

www.feminitude.fr

Une grande dame, Michka

Un titre de livre “La grande dame du cannabis se dévoile”, sur la couverture, la photo d’une femme, belle, auréolée de cheveux blancs, un large cône entre ses doigts,  la noblesse de cette femme, magnifique, une lumière qui se dégage d’elle. Ce livre, je l’ai commencé avec délectation, puis prise d’une envie folle d’en savoir plus (je pressens que je ne pourrais pas la lâcher), je demande aux éditeurs de m’envoyer les précédents opus ( de la main gauche). Elle m’habite pendant plusieurs jours, je vis avec elle. Il est vrai que je vis par procuration depuis quelque temps. Une léthargie semble avoir pris possession de mes élans, je ne sais plus où je vais, alors lire ces pages me redonnent de la force, une envie de croquer la vie, d’oser. Ces livres sont à la fois intime et universel. Ils font du bien. Le message est clair : aimer la vie quelle qu’elle soit, faire ce que l’on aime, ne jamais sacrifier le présent et surtout garder comme boussole intérieure la joie. 

Michka a vogué sur les océans dans un bateau fait de ses mains. Elle a construit une cabane dans l’ouest canadien dans laquelle elle a vécu de nombreuses années et élevé ses enfants. Elle est devenue éditrice. Elle s’est mise à nue dans ses livres.

C’est une Femme libre, pionnière, (est-ce du à son signe astrologique, le verseau ?) aventurière, imprégnée de contre-culture, grande amoureuse, dont la curiosité ne s’est jamais tarie.

Dans cette longue conversation, j’aborde avec elle différents sujets qui tissent des réflexions profondes développés au fil de ses écrits : la sexualité, le couple, la maternité, l’herbe et son chemin vers la guérison

Je vous invite à voyager avec la sagesse de cette grande dame qu’est Michka. 

Voici le lien pour écouter l’entretien :

https://www.podcastics.com/episode/35742/link/